Dossier

Cet article est issu du dossier «À la conquête de l'or vert africain»

Voir tout le sommaire
Archives

Qui investit et pourquoi

| Par

La Banque mondiale classe les investisseurs en trois groupes. Les gouvernements d’abord : alertés par la crise alimentaire de 2008, ils sont venus trouver de l’espace pour sécuriser leurs approvisionnements alimentaires, et donc privilégier les cultures d’exportation.

Les fonds d’investissements ensuite, attirés par la rentabilité potentielle d’un secteur en pleine croissance, par des prix sur les marchés mondiaux en hausse et par un marché régional en expansion. Enfin, les agro-industriels et les traders se distinguent par la dimension des acquisitions, sans toujours proposer un projet fiable.

Les sociétés spécialisées dans les agrocarburants sont également nombreuses, et représenteraient quasiment 5 millions d’hectares. Dans une étude parue en septembre, Les Amis de la Terre Europe identifient ainsi un certain nombre de sociétés européennes : le suisse Addax Bioenergy en Sierra Leone, les britanniques Sun Biofuels en Éthiopie ou D1 Oils au Swaziland, l’italien Agroils ou encore le norvégien ScanFuel au Ghana.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte