Politique

De Madrid à Annapolis

| Par
Bill Clinton réunit Yasser Arafat et Ehoud Barak à Camp David, en juillet 2000.

Bill Clinton réunit Yasser Arafat et Ehoud Barak à Camp David, en juillet 2000. © Reuters

Octobre 1991

Ouverture de la conférence de Madrid sous les auspices des Américains et des Russes. Pour la première fois, Israéliens, Palestiniens, Libanais, Jordaniens et Syriens se retrouvent autour d’une même table et font leur le principe « la terre contre la paix ».

Septembre 1993

Yasser Arafat et Itzhak Rabin signent les accords d’Oslo, qui prévoient pour les Palestiniens une période transitoire d’autonomie de cinq ans avant les négociations sur le statut final. Le processus sera interrompu par l’assassinat de Rabin et la reprise du cycle de violences.

Juillet 2000

Le président américain Bill Clinton réunit Yasser Arafat et Ehoud Barak à Camp David. Israël propose aux Palestiniens 90 % de la Cisjordanie, un échange de terres et une partie de Jérusalem-Est. Les Etats-Unis imputeront à Arafat l’échec du sommet, mais des experts proches du dossier estiment que les responsabilités sont partagées.

Décembre 2000 Janvier 2001

Négociations de Taba (Egypte) sur les bases des paramètres Clinton : restitution de 94 % à 96 % de la Cisjordanie, partage de souveraineté sur Jérusalem et les lieux saints, droit au retour des réfugiés. Le départ de Clinton, le durcissement de l’Intifada et les hésitations de Barak, puis sa défaite aux élections de mars 2001 face à Ariel Sharon, auront raison du plan américain.

Mars 2002

La Ligue arabe adopte l’initiative de paix proposée par l’Arabie saoudite. Israël se voit offrir la reconnaissance officielle des 22 Etats membres en échange d’un retrait de tous les territoires occupés depuis 1967 et d’une solution juste au problème des réfugiés. Une proposition rejetée par Tel-Aviv et ignorée par Washington.

Avril 2003

Elaboration de la feuille de route par le Quartet (Etats-Unis, Russie, ONU, UE).

Octobre 2003

D’anciens responsables palestiniens et israéliens signent l’accord de Genève, démontrant qu’un compromis est possible, notamment sur les frontières et les réfugiés.

Novembre 2007

George W. Bush lance le processus d’Annapolis, dont Avigdor Lieberman, chef de la diplomatie israélienne, dira, en avril 2009, qu’il n’engage pas l’Etat hébreu.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3103_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer