Archives

Turkish Airlines, le transporteur qui monte

Mis à jour le 14 octobre 2010 à 11:35

C’est, selon la banque d’affaires Morgan Stanley, l’une des compagnies aériennes les plus rentables au monde. Avec sa flotte de 129 avions,­ nettement plus importante que celles des quatre principales compagnies aériennes du Maghreb réunies (Royal Air Maroc, Afriqiyah, Tunisair, Air Algérie), Turkish Airlines est devenu en 2009 le quatrième grand transporteur européen en nombre de passagers (25 millions de voyageurs, + 11 % sur un an), derrière Lufthansa, Air France-KLM et British Airways. Pour combler son retard sur ses concurrentes, elle s’appuie sur les atouts économiques du pays, dont le tourisme (30 millions de visiteurs en 2009). Elle a ainsi fait de l’aéroport Atatürk d’Istanbul (60 millions de passagers en 2009) la plateforme de correspondances entre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.

Dans son plan de développement, le continent occupe une place de choix. Entre 2005, année de sa privatisation, et 2010, Turkish Airlines y a plus que quadruplé ses vols hebdomadaires, passant de 24 à une centaine. Côté destinations, elles sont passées de 5 à 17 en cinq ans. Mais la présence africaine de Turkish Airlines est d’abord nord-africaine. Forte de cette implantation, Turkish Airlines se déploie progressivement vers l’Afrique subsaharienne. Cette année, elle a ouvert de nouvelles lignes vers l’Ouganda, la Tanzanie et le Ghana, après le Kenya et le Sénégal en 2009. Le transporteur devrait desservir Kinshasa avant la fin de cette année.

Comme toutes les compagnies internationales, c’est donc en Afrique que Turkish Airlines cherche ses relais de croissance en tentant de capter les passagers transitant entre l’Europe et l’Afrique. « Si nous nous concentrons sur le transit international, nous continuerons à croître », indiquait en début d’année Temel Kotil, le PDG. En 2009, Turkish Airlines a vu le nombre de ses passagers augmenter de 49 % sur le continent et son chiffre d’affaires y passer de 128 millions à 191 millions d’euros.