Dossier

Cet article est issu du dossier «Automobile : nouveau moteur pour l'Afrique»

Voir tout le sommaire
Archives

Recrutement tous azimuts chez la marque au losange

Carlos Ghosn, le président de Renault-Nissan, le 1er septembre 2007, à Tanger. © AFP

Le bassin d’emploi de la région de Tanger étant insuffisant pour les besoins de Renault, le programme de recrutement du groupe pour son usine de Tanger Med est national. Tous les profils sont recherchés, tant pour la fabrication en usine que pour les fonctions supports.

« Nous avons un partenariat avec l’agence pour l’emploi [Anapec], qui diffuse nos offres », explique Mohamed Bachiri, directeur des ressources humaines de Renault Maroc. Des conventions ont en outre été signées avec l’École nationale supérieure d’électricité et de mécanique de Casablanca (Ensem) et les universités de Tanger, qui ont adapté certaines de leurs formations au cahier des charges de la marque au losange.

« Mais nous allons aussi recruter des Marocains à l’extérieur car le pays, n’ayant pas de tradition automobile, ne dispose pas de tous les profils recherchés », poursuit Mohamed Bachiri. Les jeunes diplômés marocains des grandes écoles francophones sont particulièrement visés. « Nous sommes allés dans des salons de recrutement à Lyon, Paris et même Montréal. » À ce jour, Renault annonce avoir recruté une vingtaine d’ingénieurs marocains diplômés à l’étranger.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte