Livres

Yahia Belaskri, une nouvelle voix

| Par
Mis à jour le 12 juin 2015 à 14h05

On reconnaît la singularité d’une œuvre de fiction lorsqu’elle s’écarte des normes, joue une partition qui détonne et laisse au lecteur un sentiment « d’angoisse délicieuse » malgré la gravité du sujet. C’est l’impression que j’ai ressentie en refermant Si tu cherches la pluie, elle vient d’en haut, le dernier livre de Yahia Belaskri, dont j’avais déjà salué Le Bus dans la ville (Vents d’ailleurs, 2008), un premier roman très prometteur qui signait alors son acte de naissance dans le paysage littéraire francophone.

Cette fois-ci, Belaskri passe du cap de la promesse à celui de la confirmation, et quelle confirmation ! L’auteur campe dans ce roman deux personnages principaux qui resteront dans la mémoire des lecteurs comme les témoins d’une société algérienne en proie à ses démons – mais ne s’agit-il vraiment que de la société algérienne, alors que le cri qui émane de ce livre convoque le genre humain dans son ensemble ?

Chez Belaskri, l’individu est au centre, confronté à une société atrophiée, gangrenée, frappée de « petites véroles » comme aurait écrit Césaire dans son Cahier d’un retour au pays natal. La corruption, la folie, le meurtre, le parricide deviennent des faits ordinaires. Comment « changer les choses » ? Il faut « opérer des ruptures, rompre avec le passé afin de l’interroger, le mettre à distance, le critiquer, et ainsi renaître ».

Entre le couple Adel et Déhia – qui se sont connus au cours d’un colloque –, c’est une histoire de destins croisés. Tout semble les opposer, mais ils devront se donner la main comme dans L’Aveugle et le Paralytique, la fable de Florian : « Je marcherai pour vous, vous y verrez pour moi. » Le roman alterne entre le passé des personnages et leur présent. Déhia est une universitaire rigoureuse et incorruptible issue d’une bonne famille tandis qu’Adel, cadre dans une entreprise, vient d’une famille modeste. Entre les deux, il y a l’amant de Déhia, Salim. La tragédie frappe aveuglément ces trois personnages : Déhia, dont la mère est égorgée, l’amant, Salim, poignardé, et le père en proie à la folie. De son côté, Adel court après ses démons : il a perdu sa compagne dans un attentat manqué qui visait l’immeuble dans lequel il travaillait. Et puis il y a son frère, Badil, plongé dans le banditisme, qui sort dix ans plus tard de prison et dont Adel ne trouvera que le corps et les papiers du côté de l’Italie. La rencontre entre Adel et Déhia ne pouvait être que décisive. Dans la tragédie, regarder dans la même direction allège le poids du passé.

La force de Belaskri est d’avoir évité le misérabilisme ou le manichéisme pour nous offrir une autre vision de la condition humaine. Bouleversant.

__

*Ecrivain franco-congolais.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte