Politique

Crise énergétique, implications politiques

La vague de délestages a finalement emporté Samuel Sarr, le désormais ex-ministre de l’Énergie, limogé le 4 octobre et remplacé par Karim Wade, fils du chef de l’État. Les deux hommes entretenaient déjà des rapports en dents de scie. Brouillés au moment de l’accession au pouvoir d’Abdoulaye Wade, en mars 2000, Karim Wade et Samuel Sarr se sont réconciliés lorsque Sarr a été nommé à la tête de la Sénélec, en septembre 2003. Après un flirt de plusieurs années, les rapports entre les deux hommes se sont brutalement dégradés. En juillet 2010, leur querelle est étalée sur la place publique. En cause : les délestages répétés qui entretiennent la grogne sociale, mais aussi les visées de Karim Wade sur le secteur de l’énergie, qui intéresse des investisseurs arabes. Le chef de l’État refuse dans un premier temps de prendre parti, résiste pendant trois mois à la pression de son fils puis finit par lâcher. Non sans tenter de ménager les susceptibilités : Sarr a été nommé ministre d’État, conseiller financier d’Abdoulaye Wade, le rôle qu’il occupait lorsque le président était encore dans l’opposition.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte