Politique

Présidentielle : Choi se prépare au pire

Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour la Côte d’Ivoire, Choi Young-jin, a prévu différents scénarios pour pallier tout débordement qui pourrait survenir en marge de l’élection présidentielle ivoirienne du 31 octobre. Objectif : garantir la sécurité et la bonne tenue du scrutin.

Mis à jour le 19 octobre 2010 à 18:39

Le Sud-Coréen Choi Young-jin, patron de l’Onuci. © AFP

Les équipes de l’Onuci sont à pied d’œuvre pour préparer le scrutin présidentiel ivoirien. Outre l’acheminement du matériel électoral dans les bureaux de vote, les fonctionnaires onusiens, qui devront certifier les résultats de l’élection, préparent différents scénarios d’intervention en cas de troubles lors du premier tour, le 31 octobre. L’Onuci concentrera ses forces armées et de police (10 000 hommes) à Abidjan et dans l’ouest du pays, régions potentiellement les plus conflictuelles. Elle planifie également les moyens d’intervention qui seront mis en œuvre en cas de paralysie du processus – si, par exemple, le Conseil constitutionnel refuse de confirmer les résultats de la Commission électorale indépendante (CEI). Le Sud-Coréen Choi Young-jin, son patron, étudie notamment les parades à d’éventuelles contestations s’appuyant sur de subtils arguments juridiques.