Politique

Le FLN se déchire en vue des législatives

Abdelaziz Belkhadem, lors du neuvième congrès du FLN, en mars dernier.

Abdelaziz Belkhadem, lors du neuvième congrès du FLN, en mars dernier. © Farouk Batiche/Newpress

Au propre, comme au figuré, les couteaux sont sortis au FLN. A un an et demi des législatives, des bagarres ont éclaté dans certaines réunions, et le secrétaire général Abdelaziz Belkhadem, est sur la sellette.

Les élections législatives n’auront lieu que dans dix-huit mois, mais elles empoisonnent déjà le climat au sein du Front de libération nationale (FLN), première force politique du pays. Abdelaziz Belkha­dem, son secrétaire général (par ailleurs ministre d’État), a le plus grand mal à tenir ses troupes.

Le ministre de la Formation professionnelle, El Hadi Khaldi, s’est même permis d’appeler à sa démission dans la presse.

À la base, les réunions se terminent souvent en pugilat, parfois même, comme à Annaba, en batailles rangées au cours desquelles on a vu apparaître des armes de poing. Obtenir l’investiture du parti équivalant à une élection quasi certaine, les ambitions se déchaînent, les vrais militants désertent, et les opportunistes de tout acabit ne connaissent plus de limites.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte