Archives

Besix, tête de pont

| Par

À Rabat, ce n’est pas Orascom Construction Industries (OCI) qui est en première ligne, mais la coentreprise Besix, dont OCI détient 50 % des parts après un management buy-out (rachat par l’encadrement) réalisé par des cadres de la société belge appuyés par Nassef Sawiris en 2004.

Le numéro un du BTP en Belgique (1,9 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2009), très présent au Moyen-Orient, s’est positionné avec succès sur des grands projets d’infrastructures publiques du royaume chérifien. Associé au marocain Somagec, il a notamment décroché le contrat de 115 millions d’euros pour la construction du complexe hôtelier de Mazagan, inauguré en octobre 2009. Besix a également fait partie du consortium chargé de la construction du port de Tanger Med 1, terminé en 2008. Aujourd’hui, la société participe, au sein d’un groupement mené par le français Bouygues avec la Somagec et l’italien Saipem, à la seconde phase du projet portuaire de Tanger Med 2, dont le coût total avoisine les 825 millions d’euros.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte