Diplomatie

Lacunes réparées

| Par Jeune Afrique

Deux postes d’ambassadeur d’Algérie dans des capitales « stratégiques » sont actuellement vacants. À Tunis, depuis la nomination, le 31 mai, du titulaire du poste, Youcef Yousfi, au ministère des Mines et de l’Énergie, en remplacement de Chakib Khelil. À ­Rabat, depuis 2007 et le début de la longue maladie dont Larbi Belkheir a fini par mourir, en janvier dernier. Cette double anomalie est sur le point d’être corrigée. Mohamed Belhocine, ancien ambassadeur au Chili, a été nommé à Tunis, et Ahmed Benyamina, ancien ambassadeur en Grèce, à ­Rabat. L’un et l’autre devraient rejoindre leur poste prochainement.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer