Dossier

Cet article est issu du dossier «50 ans, 50 lecteurs, 50 regards sur J.A.»

Voir tout le sommaire
Société

Lassane Zohoré et J.A. …

Zohoré vu par Fletcho.

Zohoré vu par Fletcho. © D.R.

Caricaturiste et directeur de la publication de Gbich ! 43 ans, lit Jeune Afrique depuis plus de vingt ans

J’ai commencé à lire Jeune Afrique à la fin des années 1980. Il s’agissait pour moi d’avoir des informations de première main, surtout sur les oppositions africaines, qui n’avaient alors pas de tribune d’expression : souvenez-vous, c’était en Afrique l’époque du parti unique. Puis en 1990, le multipartisme a été proclamé presque partout sur le continent. En Côte d’Ivoire, on a connu, cette année-là, ce qu’on a appelé le « printemps de la presse ». Il est apparu une floraison de titres, avec un ton inhabituel, aucun sujet n’était désormais tabou. À ce moment précis, j’ai vraiment cru que Jeune Afrique disparaîtrait. Parce que je pensais, naïvement, que la liberté de ton et les sujets traités, qui faisaient la force de ce journal, étaient désormais disponibles dans les journaux locaux. Eh bien je m’étais trompé ! Car vingt ans après, Jeune Afrique est encore là. Toujours aussi jeune, toujours aussi frais !

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Lire les autres articles du dossier

«50 ans, 50 lecteurs, 50 regards sur J.A.»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte