Dossier

Cet article est issu du dossier «Ciel africain : les compagnies en ordre de bataille»

Voir tout le sommaire
Archives

Le groupe Célestair maintient le cap

| Par

Dans le contexte difficile du secteur aérien africain, pour se développer, mieux vaut unir ses forces qu’être seul. Tel est le leitmotiv du groupe Célestair, qui réunit Air Burkina, Air Mali et Air Ouganda. Détenues majoritairement par le fonds de développement Aga Khan, ces trois compagnies ont cette année multiplié les initiatives pour accroître leurs parts de marché.

Air Mali a ainsi conclu en juillet un partenariat avec Aigle Azur, qui lui permet de commercialiser les trois fréquences hebdomadaires de la compagnie française entre Paris et Bamako. « Grâce à ce partenariat gagnant-gagnant, nous espérons transporter quelque 1 400 passagers par mois entre les deux capitales », affirme-t-on à Air Mali. Près de 600 000 personnes en moyenne voyagent chaque année à bord des avions du groupe Célestair, dont le chiffre d’affaires annuel tourne autour de 90 milliards de F CFA (137 millions d’euros).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte