Archives
Investir au Maroc pour investir en Afrique

Cet article est issu du dossier

Investir au Maroc pour investir en Afrique

Voir tout le sommaire
Archives

Doing Business : le royaume peut mieux faire

Le « Doing Business » 2011 de la Banque mondiale atteste des efforts du Maroc qui a gagné 14 places en un an. Avec les réformes en vue, les autorités marocaines semblent viser mieux.

Mis à jour le 12 décembre 2010 à 16:42

Le « Doing Business » 2011 fait le classement de 183 pays. © D.R.

Certains se désolent de ce que le Maroc n’occupe que la 114e position sur 183 pays pour son climat des affaires, loin derrière la Tunisie (55e) et peu devant l’Algérie (136e) dans le classement « Doing Business » 2011 de la Banque mondiale, publié le 4 novembre. D’autres se réjouissent de voir le royaume y faire un grand bond de 14 places en un an.

Au titre des satisfactions : moins de fermetures d’entreprises, de nouvelles mesures pour renforcer la protection des investisseurs, des réformes financières qui permettent aux banques d’augmenter leurs prêts aux PME ou encore la publication de données détaillées sur les sociétés dans leurs bilans annuels. Le rapport regrette en revanche que les autorités marocaines peinent à améliorer les délais et les procédures, jugées lourdes, pour la création d’entreprise, même si elles ont mis en place des guichets uniques dans les centres régionaux d’investissement (CRI). Il déplore la rigidité du droit du travail, notamment en matière d’embauche et d’heures travaillées, une fiscalité encore lourde et des échanges commerciaux transfrontaliers limités.

Le ministre chargé des Affaires économiques et générales, Nizar Baraka, a promis une série de réformes pour 2011, notamment la mise à jour de la charte de l’investissement et la révision de la loi sur les sociétés à responsabilité limitée (SARL) afin de supprimer l’exigence du capital minimum. Il est également prévu de modifier le décret sur les marchés publics et de moderniser le droit des affaires. Autant de mesures qui permettront de rejoindre la première moitié d’un classement dominé par Singapour, Hong Kong et la Nouvelle-Zélande, suivis du Royaume-Uni et des États-Unis.