Politique

Exclusion, mode d’emploi

Mis à jour le 13 décembre 2010 à 18:35

On y entre par le haut, et plus on descend, plus on a des chances d’en sortir. L’Union européenne (UE) scinde la liste des compagnies exclues de son ciel en deux catégories. Celles qui figurent dans l’Annexe A ne disposent d’aucune autorisation pour desservir les 27 pays de l’UE. Parmi les derniers entrants, Mauritania Airways et Afric Aviation, un nouveau transporteur gabonais. Sur les 126 compagnies africaines épinglées, 33 sont de RD Congo (Air Katanga, Blue Airlines, Hewa Bora Airways…), 18 d’Angola (Aerojet, Air 26, Air Gemini…), 9 de Guinée équatoriale (Cronos Airlines, Guinea Airways…), 8 du Bénin (Aero Bénin, African Airways…) et 7 du Gabon (Air Services, Air Tourist…).

Ensuite vient l’Annexe B. Les transporteurs qui y sont inscrits, jugés assez sûrs, peuvent desservir, avec des restrictions, des destinations dans l’UE. Elle compte six compagnies africaines : Afrijet, N2AG (Gabon), Airlift International (Ghana), Air Service Comores, Gabon Airlines et Taag (Angola). En améliorant, preuves à l’appui, la sûreté et la sécurité, les compagnies peuvent en théorie sortir de la liste noire. Mais aucun transporteur africain n’y est pour l’instant parvenu.