Archives

Bataille pour la BCEAO

| Par Jeune Afrique
Le siège de la BCEAO à Dakar.

Le siège de la BCEAO à Dakar. © Ji-Elle

La haute main sur le coffre-fort de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) est un enjeu de taille pour Alassane­ Ouattara et Laurent Gbagbo­.

Alassane Ouattara a demandé par écrit au gouverneur de l’institution, Philippe-Henri Dacoury-Tabley, de reconnaître uniquement la signature de son ministre de l’Économie, Charles Koffi Diby. Laurent Gbagbo a riposté en envoyant des militaires à l’agence ivoirienne de l’institution. « Gbagbo peut tenir quelques semaines, mais s’il perd sa signature et n’a plus accès au compte d’opérations à la BCEAO, il va lui être difficile de payer les fonctionnaires, et donc les militaires », explique un responsable politique ouest-africain. Reste à savoir quelle sera l’attitude de Dacoury-Tabley, proche de Gbagbo. Selon l’article 60 des statuts de la BCEAO, « le gouverneur exécute les décisions du Conseil des ministres de l’UMOA ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3097 ok 600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte