Politique

Pourquoi les Russes ont soutenu Gbagbo

| Par
Réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, en juin 2010 à New York. Réunion du Conseil de séc

Réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, en juin 2010 à New York. Réunion du Conseil de séc © AFP

Alors que la communauté internationale était unanime à dénoncer la confiscation du pouvoir par Laurent Gbagbo­, la Russie a opposé pendant plusieurs jours son veto à l’adoption d’une résolution sur la Côte d’Ivoire au Conseil de sécurité de l’ONU.

Certains y ont vu une riposte à l’extradition vers les États-Unis du trafiquant d’armes Viktor Bout. Mais la position de Moscou avait aussi une motivation économique, de nombreuses entreprises russes étant implantées en Côte d’Ivoire, notamment le pétrolier Lukoil, dont les premiers forages doivent démarrer en 2011 et qui envisage d’investir 500 millions de dollars (380 millions d’euros) sur la période 2010-2015. Une enveloppe à même d’atteindre 1,2 milliard de dollars à l’horizon 2020. La Côte d’Ivoire a par ailleurs acheté aux Russes pour 300 milliards de F CFA (450 millions d’euros) de matériel militaire. Enfin, Moscou est opposé par principe – Tchétchénie oblige – à toute initiative internationale s’apparentant à une ingérence étrangère.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte