Dossier

Cet article est issu du dossier «Tchad : nouvelle ère ?»

Voir tout le sommaire
Politique

La Minurcat plie bagage

Des soldats français de la Minurcat, le 15 mars 2009, à Abéché au Tchad. © AFP

Créée le 25 septembre 2007, la Mission des Nations unies en République centrafricaine et au Tchad (Minurcat) doit cesser ses activités le 31 décembre 2010.

À la fin du mois de décembre, le dernier soldat de la Mission des Nations unies en République centrafricaine et au Tchad (Minurcat) aura quitté le pays. Pour Idriss Déby Itno – qui en avait fait la demande au Conseil de sécurité de l’ONU, affirmant que la Minurcat ne servait à rien –, c’est une victoire. Déployée en 2007 aux frontières ouest du Soudan, est du Tchad et nord-est de la République centrafricaine, la force onusienne avait pour mission de protéger les civils venus du Darfour et de la République centrafricaine, et de sécuriser l’Est tchadien.

Que s’est-il donc passé entre 2007 et 2010 ? À l’époque où il a accepté la présence de la Minurcat, le numéro un tchadien, menacé par les rebelles soutenus par le Soudan, avait une marge de manœuvre limitée. « Dans ces conditions-là, il lui fallait trouver quelque chose qui puisse déplaire à Omar el-Béchir, le président soudanais. Et c’était cette force internationale », confie l’un des proches du chef de l’État. Depuis, la situation a évolué. D’abord, les rebelles n’ont pas réussi à le renverser. Ensuite, son homologue soudanais Omar el-Béchir, contre lequel la Cour pénale internationale (CPI) a lancé un mandat d’arrêt, est gêné aux entournures. Cela a renforcé la position du président tchadien, qui, doté d’une armée solidement équipée, a la capacité de repousser des rebelles désormais éloignés de sa frontière est.

Jouant à la fois sur la fibre patriotique et sur l’affaiblissement d’El-Béchir, Déby Itno a proposé un arrangement à son avantage : l’arrêt du soutien de N’Djamena aux rebelles du Darfour contre celui de Khartoum aux « politico-militaires » tchadiens. Pour sécuriser la frontière commune, les deux pays ont décidé de constituer une force conjointe de 3 000 hommes. Un rapprochement spectaculaire, donc, entre les deux voisins ennemis, mais qui n’est pas le premier. Sera-t-il durable ? Toute la question est là.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte