Politique
2011, l’Afrique aux urnes

Cet article est issu du dossier

2011, l’Afrique aux urnes

Voir tout le sommaire
Politique

Nigeria : un marathon électoral

Mis à jour le 7 janvier 2011 à 17:00

L’élection législative du 2 avril sera suivie d’une présidentielle le 9, puis de l’élection des gouverneurs le 16 avril.

Sauf surprise, c’est le sudiste Goodluck Jonathan, le président sortant, qui devrait remporter les primaires du 13 janvier 2011 au sein du Parti démocratique populaire (PDP), prélude au marathon électoral destiné à renouveler le personnel politique du pays : députés (2 avril), président (9 avril), gouverneurs d’État (16 avril). Vingt des vingt-sept gouverneurs membres du PDP se sont prononcés en faveur de Jonathan, au détriment du nordiste Atiku Abubakar. Sur son chemin l’attendent désormais deux adversaires de poids : l’ex-président de l’Agence fédérale de lutte contre la corruption, Nuhu Ribadu (Action Congress, AC) et Muhammadu Buhari (Congrès pour le changement démocratique, CPC). Tentés par une alliance, ils mettent l’accent sur le déficit énergétique, le chômage, la pauvreté… Sans oublier la violence dans le sud du pays. Jonathan est vivement critiqué pour sa gestion des attaques menées par des groupes armés dans le Delta du Niger (plus de cinquante au cours du troisième trimestre 2010).