Dossier

Cet article est issu du dossier «Mauritanie : chronique d'une nation»

Voir tout le sommaire
Archives

Mauritanie : terreau libéralisé pour les investisseurs

L’année 2011 verra-t-elle l’arrivée massive d’investisseurs étrangers ? Les autorités en ont fait le pari. Tous les secteurs sont concernés (BTP, services, industrie), en particulier ceux des mines et de l’halieutique, avec la création d’unités industrielles­ – l’objectif est, notamment, de transformer 80 % des produits de la pêche sur place, contre 20 % actuellement.

Dès l’an prochain, la loi (en préparation) sur le partenariat public-privé permettra à l’État de déléguer à des sociétés étrangères les services aux entreprises et collectivités et, d’ores et déjà, les autorités encouragent la création de joint-ventures pour que le capital des entreprises mauritaniennes s’ouvre à de nouveaux partenaires. Plusieurs dispositifs vont par ailleurs faciliter l’implantation de ces derniers, parmi lesquels l’allègement de l’arsenal juridique et la suppression, d’ici à deux ans, de l’impôt minimum forfaitaire, jugé contre-productif.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte