Transports

Thales enchaîne les contrats en Afrique du Sud et en Égypte

| Par Jeune Afrique
Sur ses sites de Gauteng et du Cap, Thales South Africa (TSA) emploie plus de 200 personnes.

Sur ses sites de Gauteng et du Cap, Thales South Africa (TSA) emploie plus de 200 personnes. © AFP

Le groupe d’électronique et de défense français Thales a signé trois contrats majeurs les 23, 26 et 29 mai en Afrique du Sud et en Égypte dans les secteurs de la gestion du trafic aérien et ferroviaire.

Cette semaine avait un air de triomphe pour le groupe d’électronique et de défense Thales. Six jours après avoir annoncé, jeudi 23 mai, la signature d’un contrat de modernisation du système de gestion du trafic aérien sud-africain, l’entreprise française a doublement récidivé en Égypte le 26 et en Afrique du Sud le 29 mai. Retour sur une semaine de succès pour cet acteur majeur des systèmes de transport dans le monde, avec à la clé des contrats de plusieurs centaines de millions d’euros dans le secteur ferroviaire.

Le Caire, dimanche 26 mai. Thales signe avec la société nationale des chemins de fer égyptiens (ENR), un accord de plus 109 millions d’euros, pour moderniser les systèmes de signalisation du corridor Le Caire-Alexandrie. En présence du Premier ministre égyptien, le géant français a conclu un contrat qui comprend la conception, la construction, la mise en service et la maintenance de la ligne. Le projet porte sur la signalisation, les télécommunications ainsi que le système de contrôle centralisé du trafic. 

Lire aussi :

Maroc : contrat à 124 millions d’euros pour Colas Rail
Emmanuel Pitron : « En Algérie, la RATP est présente sur le long terme »
Afrique du Sud : Alstom pressenti pour remporter un contrat de 5,8 milliards de dollars

Longue de 208 km environ, la ligne ferroviaire Le Caire-Alexandrie est actuellement la plus fréquentée du réseau égyptien, avec plus de 25 millions de voyageurs transportés chaque année. La solution de signalisation de Thales permettra, note un communiqué, « d’accroître la sécurité et la capacité de la ligne qui devrait être portée à 32 millions de voyageurs par an. » « La vitesse des trains passera de 140 à 160 km/h, avec un intervalle entre les trains de 5 minutes au lieu de 10. Quatre années de travaux sont prévues » ajoute-t-on du côté du groupe.

C’est donc un renforcement très notable des activités de Thales en Egypte. Présent depuis 30 ans dans le pays, le leader français gérait jusqu’ici les services de communication et de billetique du métro du Caire

Afrique du Sud

Trois jours plus tard, de l’autre côté du continent à Johannesburg, le géant français se voit octroyer un contrat similaire de 136 millions d’euros. L’accord, signé entre le consortium Thales-Maziya et la Prasa (Passenger Rail Agency of South Africa), porte sur la fourniture d’une solution de signalisation ferroviaire couvrant 250 km du réseau ferré de transport de voyageurs dans la province du Cap-Occidental, en Afrique du Sud.

Ce nouveau programme d’infrastructures ferroviaires est « l’un des plus importants du continent africain », affirme Thales. Destiné à moderniser la signalisation, les communications et les systèmes de gestion des trains, il concerne 46 gares réparties sur la zone densément peuplée de la province.

Présent dans les secteurs de l’aéronautique civile, de la défense, de la sécurité et maintenant des transports ferroviaires, Thales se revendique  comme un « acteur majeur de l’économie sud-africaine ». Sur ses sites de Gauteng et du Cap, Thales South Africa (TSA) emploie plus de 200 personnes.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte