Culture

Lu et approuvé : « Un homme ébranlé »

Mis à jour le 12 juin 2015 à 12:11

Autant le dire d’emblée que Un homme ébranlé*, le nouveau roman de Pascale Kramer (originaire de Suisse), m’a secoué. Je l’ai lu d’une traite dans l’avion qui me ramenait de New York à Los Angeles – presque six heures de vol – et je n’ai pas un seul instant interrompu la lecture de ces pages poignantes servies par un style qui allie élégance, finesse, grâce et intelligence. Un prosateur médiocre aurait versé dans le pathos et nous aurait servi une histoire de bons sentiments dans cette « chronique d’une mort annoncée », où Claude, un quinquagénaire atteint d’un cancer, doit composer avec des proches aux rapports plus ou moins complexes.

Claude est devenu un « homme au désir d’amour lointain ». Son épouse, Simone, voit au quotidien sa « décomposition » : « Tout dans son corps encore musclé semblait terni par la cendre invisible du cancer. » Et quand le couple espère se « consoler » par l’acte d’amour, plus rien ne répond chez l’homme. Et puis, il y a l’apparition de Gaël, 11 ans, fils de Claude, né d’un « amour interdit ». La mère de l’enfant, Jovana, n’est pas loin, toujours aussi belle que jadis, avec « tout son corps charpenté parcouru d’une volonté virile et gamine à la fois ». Claude restera-t-il vraiment insensible à ce charme qui réveille tant de souvenirs ? Simone, l’épouse actuelle, contiendra-t-elle ses élans de jalousie ? Et ce n’est pas tout, il y a une autre femme, Yolande, mère de Cédric, un autre fils de Claude, né de son précédent mariage. Si ­Simone a de l’affection pour Gaël, ce n’est pas toujours le cas avec Cédric.

Le roman avance dans la déconstruction des rapports entre ces personnages. Le lecteur est pris dans le piège d’un dénouement qui s’annonce inoubliable grâce à l’habileté du narrateur omniscient. Les descriptions sont des merveilles, avec une économie de mots pour laisser place à la force de l’image : « La chaleur avançait dans la pelouse, réveillant une tension de guêpes dans les lourdes grappes de prunes à l’aspect dur de noyaux. »

Au fond, que cherche-t-on dans une prose sinon cette agitation intérieure, cette sensation inouïe qui nous laisse penser que nous devenons les personnages du récit ? On entre dans ce livre à pas feutrés, puis on en devient le « captif amoureux » au point d’oublier les frontières de la réalité et de la fiction. Ce que Mario Vargas Llosa appelle « le pouvoir de persuasion » et que vient de réussir magistralement Pascale Kramer. Un vrai bijou.

____

* Un homme ébranlé, de Pascale Kramer, éd. Mercure de France, 142 pages, 15 euros.