Immigration

Tunisie : les vrais chiffres du malaise des jeunes

Jeunes tunisiens à peine débarqués sur l'île de Lampedusa, en Italie le 13 février. © Roberto Salomone / AFP

À l'heure où des milliers de migrants tunisiens viennent tenter leur chance en Europe, il est évident que les problèmes de la jeunesse - à l'origine de la révolution - ne sont pas résolus. Mais des chiffres permettant d'évaluer l'ampleur du malaise apparaissent enfin au grand jour.

L’Observatoire national de la jeunesse (ONJ) tunisien peut enfin rendre publics les résultats de quatre enquêtes réalisées entre 2005 et 2010, mais censurées par le défunt régime Ben Ali.

Un sondage de 2005 révèle par exemple que 41 % des jeunes Tunisiens (15-19 ans) souhaitaient émigrer, fût-ce clandestinement (pour 15 % d’entre eux). Motif le plus fréquemment invoqué : « l’absence d’avenir ». Par ailleurs, 58 % des personnes interrogées considéraient que le piston constituait le plus sûr moyen de s’insérer professionnellement.

Sonnette d’alarme

En 2006, 2009 et 2010, des enquêtes consacrées aux comportements des jeunes Tunisiens, au pays comme en France, sont, de la même façon, restées dans les tiroirs. « On nous a demandé de falsifier des chiffres, raconte Brahim Oueslati, le directeur général de l’ONJ. Nous avons donc préféré enterrer les rapports. Parfois, c’est l’analyse des résultats qu’il fallait distordre. À plusieurs reprises, nous avons tiré la sonnette d’alarme sur la situation de la jeunesse, mais on a refusé de nous entendre. »

D’autres organismes ont été confrontés à des problèmes du même ordre. L’Institut national de la statistique, par exemple, avait calculé que 44 % des diplômés étaient au chômage en 2010. Or le régime a publiquement avancé le chiffre de 22 %… Au ministère de l’Enseignement supérieur, des chercheurs avaient estimé que 40 % de ces mêmes diplômés n’avaient pas le niveau requis, et que 30 % d’entre eux étaient « irrécupérables »…

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte