Dossier

Cet article est issu du dossier «Katanga : nouvel eldorado du cuivre»

Voir tout le sommaire
Archives

Économie : mille et une possibilités pour l’écotourisme

| Par

Parcs nationaux de l’Upemba et des Kundelungu, lacs naturels – dont le vaste Tanganyika –, chutes de la Lofoï, source du fleuve Congo, villes historiques rappelant l’aventure minière… Le Katanga a de quoi attirer les visiteurs de tout poil. En particulier la nouvelle génération des écotouristes. Toutefois, en dehors des villes minières, qui abritent l’essentiel des hôtels, et du parc animalier Muyambo Park, près de Lubumbashi, peu de sites ont été aménagés pour le moment.

Par ailleurs, si le Sud minier est doté d’un assez bon réseau routier, le reste de la province n’est guère facile à parcourir. La rare clientèle touristique se compose pour l’heure de visiteurs locaux (expatriés et Congolais aisés) et de quelques hommes d’affaires étrangers de passage. Pour développer un marché qu’ils savent porteur, certains acteurs privés, comme la société congolaise Number One, investissent dans la reconstitution de réserves de faune et la création de lodges. D’autres préparent des projets d’aménagement de sites lacustres, propices aux sports nautiques et à la pêche sportive.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte