Dossier

Cet article est issu du dossier «Congo : Pointe-Noire, vigueurs océanes»

Voir tout le sommaire
Politique

Pointe-Noire en dates et en bref

| Par

En bref

Superficie 120 000 ha, soit 1 200 km2

Population Avec 1 million d’habitants, Pointe-Noire est la 2e ville du Congo après Brazzaville (1,4 million).

Statut L’ancien chef-lieu du Kouilou est devenu une ville-département à la suite de la loi de décentralisation de 2002 et compte désormais 6 arrondissements : Lumumba, Mvou-Mvou, Tié-Tié et Loandjili, auxquels s’ajoutent Mongo-Poukou (au nord, en cours de création sur une partie de Loandjili) et Ngoyo (au sud, sur une partie de Tié-Tié).

Surnoms Ponton ou Ndji-Ndji, en langue vili, en référence au village de pêcheurs autour duquel le port a été bâti.

Poids économique La ville génère 80 % des recettes du pays, surtout grâce aux activités pétrolières (313 000 barils/jour en moyenne en 2010) et portuaires.

Chronologie

1484 Des navigateurs portugais indiquent sur leur carte Punta-Negra, un point de la côte du royaume vili.

1880-1910 Le 3 octobre 1880, traité d’amitié entre le roi des Tékés, Makoko, et Pierre Savorgnan de Brazza, représentant la France. En 883, un traité de protectorat est signé par le roi de Loango, indépendant, et le lieutenant de vaisseau français Cordier. Institué en 1891, le Congo français devient, en 1903, le Moyen-Congo et intègre l’Afrique-Équatoriale française (AEF) en 1910.

11 mai 1922 Décret portant ­création de la ville de Pointe-Noire.

1932 Construction d’une aérogare.

1934 Inauguration de la ligne ferroviaire Brazzaville-Pointe-Noire.

1939 Inauguration du port.

1950-1960 Pointe-Noire est la ­capitale politique du Moyen-Congo, qui devient, en 1958, la République autonome du Congo. En 1959, la capitale est transférée à Brazzaville. En 1960, la République du Congo devient indépendante ; la ville compte déjà plus de 70 000 habitants.

1970-1985 La découverte de ­gisements pétroliers et miniers entraîne un boom économique et démographique. La population dépasse 600 000 habitants.

Depuis les années 1990 Les crises secouant le pays de 1992 à 1999 provoquent une nouvelle migration vers la ville, épargnée par les turbulences.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte