Dossier

Cet article est issu du dossier «Congo : Pointe-Noire, vigueurs océanes»

Voir tout le sommaire
Archives

Quand les quinquas de Pointe-Noire s’affairent

| Par
Sylvestre Didier Mavouenzela gère aussi Kalahari Partners Congo.

Sylvestre Didier Mavouenzela gère aussi Kalahari Partners Congo. © Antonin Borgeaud pour J.A.

Enfants du cru, ils ont créé leur entreprise. Aujourd’hui, ils investissent de nouveaux secteurs et encouragent d’autres Ponténégrins à se lancer. Portraits.

Sylvestre Didier Mavouenzela

50 ans, PDG de Nord-Sud Expertise & Réalisation, président de la Chambre de commerce, d’industrie, d’agriculture et des métiers de Pointe-Noire

Après une licence en finance et comptabilité à l’université Marien-Ngouabi de Brazzaville et un mémoire sur les difficultés du secteur privé au Congo, Sylvestre Didier Mavouenzela s’envole en 1982 pour l’université française d’Orléans, le temps d’y obtenir un DESS en finance et contrôle des organisations. En 1987, de retour à Pointe-Noire, il intègre la société Miambanzila (production et transport d’agrégats, BTP) et, en 2004, crée sa propre entreprise de BTP et génie civil, Nord-Sud Expertise & Réalisation.

Depuis octobre 2010, le quinqua­génaire gère aussi Kalahari Partners Congo, une centrale d’achat focalisée sur le Sud-Est asiatique, première filiale en Afrique centrale de la société singapourienne de conseil en stratégie et en développement commercial Kalahari International Partners. Fervent promoteur des opportunités du green business, il vient par ailleurs de déposer les statuts d’une nouvelle société qu’il compte créer, avec des partenaires congolais et néerlandais, dans le secteur de l’énergie solaire.

Son souci constant de voir les cadres locaux intégrer les PME-PMI ponténégrines et, mieux, sauter le pas pour en créer de nouvelles a contribué, en décembre 2009, à son élection à la présidence de la Chambre de commerce, d’industrie, d’agriculture et des métiers (CCIAM) de Pointe-Noire. Présidence qu’il partage, depuis, avec celle de l’Association Pointe-Noire industrielle (Apni), créée en 2003 pour promouvoir les PME-PMI et faciliter leur développement.

 
Joséphine Sylvain-Goma est diplômée en gestion des entreprises.
© D.R.

Joséphine Sylvain-Goma

55 ans, PDG de Sitrad-Congo

Diplômée en gestion des entreprises de l’université Marien-Ngouabi de Brazzaville, Joséphine Sylvain-Goma Tchibota Moë-Poaty crée la société Services industriels et travaux divers (Sitrad-Congo) en 1987, après avoir travaillé six ans chez Bouygues Offshore.

Spécialisée dans la prestation de services et le travail temporaire, l’entreprise a, depuis trois ans, développé une nouvelle branche d’activité : le traitement des déchets industriels et la protection de l’environnement.

En partenariat avec le groupe français Seché Environnement, Sitrad-Congo a ainsi construit à Tchissanga (Kouilou) un écopôle, le tout premier du genre en Afrique subsaharienne. Opérationnel depuis un an, le centre assure le tri, le traitement, la valorisation, l’incinération et l’enfouissement des déchets industriels banals et dangereux. « Cette nouvelle activité est très prenante et exige des investissements lourds, explique la chef d’entreprise, mais nous nous accrochons. »

Mère de quatre enfants et catholique pratiquante, la business­woman a par ailleurs créé en 1999 la Fondation Marie-Madeleine Gombes (en hommage à sa mère), qui aide les plus démunis et soutient des micro­projets, en particulier dans les domaines de la santé et de la formation professionnelle.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte