Droits de l’homme

Burkina Faso : les étudiants dénoncent les exactions de la police de Compaoré

Blaise Compaoré a beau appeler au calme, la colère gronde. © Reuters

Quand un étudiant meurt dans des conditions obscures. Que ses camarades accusent la police et que celle-ci tire sur les manifestants qui réclament la vérité, l'État doit intervenir pour rétablir l'ordre. Mais malgré les appels au calme du président Blaise Compaoré, la colère ne faiblit pas.

Bis repetita… Trois jours seulement après la réouverture des établissements scolaires, le gouvernement du Burkina Faso a de nouveau suspendu les cours, le 8 mars. Depuis la fin du mois de février, à Koudougou, Koupéla, Pouytenga ou Poa, des manifestants – des élèves pour la plupart – saccagent et brûlent bureaux de l’administration et commissariats de police. La contestation menace de s’étendre à tout le pays et inquiète les autorités.

Les causes de la colère ? La mort, le 20 février, à Koudougou, de Justin Zongo, élève en classe de troisième. Officiellement, il a succombé à une méningite, mais, pour ses amis du collège Gesta-Kaboré, il a été battu et torturé par les forces de police, suite à une sombre affaire de plainte déposée par une camarade de classe. Peu après l’annonce de son décès, les collégiens ont organisé une marche pour réclamer l’ouverture d’une enquête, les policiers ont tiré sur les manifestants, tuant plusieurs d’entre eux… Depuis, c’est l’escalade.

"Poudre aux yeux"

« Les élèves dénoncent la lenteur de la procédure, ils veulent que justice soit faite. Mais ce n’est pas dans le désordre que l’on peut rendre justice, explique Baba Hama, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement. Des mesures ont été prises pour ramener le calme. » Première de ces mesures : le limogeage du gouverneur et du directeur de la police du Centre-Ouest. Mais pour l’Association nationale des étudiants burkinabè (Aneb), c’est « de la poudre aux yeux ».

« Aujourd’hui, ce que nous voulons dénoncer, c’est le climat de terreur que fait régner la police », s’insurge Mahamadou Fayama, de la section Aneb-Ouagadougou. L’association veut organiser des marches pacifiques dans tout le pays. Les enseignants, eux, ont déposé un préavis de grève pour dénoncer leurs conditions de travail.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte