Dossier

Cet article est issu du dossier «Niger : démocratie, le grand retour ?»

Voir tout le sommaire
Archives

Niger : la relance ne partira pas de rien

| Par

Durant la dernière décennie, malgré des difficultés dans la gestion des finances publiques et des ressources naturelles, les résultats économiques du Niger se sont considérablement améliorés. Des progrès ont été réalisés en matière de libéralisation du commerce, de restructuration du secteur financier et, hors filière agricole, les indicateurs (en particulier la bonne tenue du recouvrement des recettes fiscales) confirment la fermeté de la croissance, notamment dans les transports, le BTP, les télécommunications et les industries extractives.

Autant de « bons antécédents [qui] rendent crédible l’engagement des autorités à maintenir une situation budgétaire finançable/gérable face à des déficits passagers de financement extérieur », indiquait le Fonds monétaire international mi-2010. Et, avec la reprise des appuis budgétaires des principaux partenaires techniques et financiers, les perspectives macroéconomiques pour 2011 sont en train d’être sérieusement revues à la hausse.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte