Dossier

Cet article est issu du dossier «Bob Marley, 30 ans déjà...»

Voir tout le sommaire
Culture

Shashemene, le carrefour des rastas

| Par
Extrait de la jaquette du livre "Exodus ! L'histoire du retour des rastafariens en Éthiopie".

Extrait de la jaquette du livre "Exodus ! L'histoire du retour des rastafariens en Éthiopie". © D.R.

Dans « Exodus ! L’histoire du retour des rastafariens en Éthiopie », l’historienne Giulia Bonacci raconte le retour des rastafariens venus du monde entier dans cette ville d’Éthiopie, « leur maison ».

Quiconque visite l’Éthiopie est obligé, s’il est curieux, de se rendre à Shashemene, à quelque 250 km au sud de la capitale, Addis-Abeba. C’est là que se sont installées, depuis 1950, des vagues successives de rastafariens adeptes, jusqu’au bout, du retour en Afrique, cheval de bataille des pères fondateurs africains-américains et caribéens du panafricanisme. Les premiers à répondre à l’appel furent les Jamaïcains.

Aujourd’hui, la provenance géographique a beaucoup évolué. Aux Jamaïcains se sont ajoutés d’autres groupes venus de toute la Caraïbe (Trinité-et-Tobago, Saint-Kitts, Barbade, Montserrat, Dominique, Bermudes, Martinique, Guadeloupe…), mais également des États-Unis, de Grande-Bretagne, du Canada, du Congo, de Côte d’Ivoire… C’est l’histoire de ce retour des rastafariens en Éthiopie que Giulia Bonacci, historienne, spécialiste de l’Afrique et des diasporas africaines, chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), raconte dans ce livre. Elle remonte aux sources de ce besoin de retour, aborde les différentes manifestations du nationalisme noir et du panafricanisme à travers leurs principaux animateurs, ainsi que les relations entre Haïlé Sélassié et les Jamaïcains. Elle montre aussi les différentes étapes de l’évolution de Shashemene depuis les années 1950.

Dans cet ouvrage passionnant, on apprend que ceux qui sont revenus sur le sol éthiopien, donc africain, considèrent leur geste comme un simple « rapatriement », un juste retour à la maison après une absence involontaire. L’auteure a accompli un travail de documentation et de collecte d’informations remarquable, mené en Europe, aux États-Unis, en Jamaïque, en Afrique… Au bout du compte, il y a là une grande maîtrise du sujet et l’envie de partager une expérience magnifique. 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte