Politique

Chine : parfum de révolte

| Par
La police chinoise redoute une « révolution du jasmin », ici lors d’une manifestation à Shanghaï.

La police chinoise redoute une "révolution du jasmin", ici lors d'une manifestation à Shanghaï. © AFP

De peur que les révolutions arabes ne « contaminent » leur pays, les dirigeants chinois ont pris des mesures radicales contre un agent subversif : la fleur de jasmin !

Sa fragrance a beau être enivrante, le jasmin, pourtant ingrédient essentiel du thé, n’est plus en odeur de sainteté en Chine communiste. Depuis que les Tunisiens ont qualifié les événements ayant abouti au renversement de Ben Ali de « révolution du Jasmin », cette fleur à première vue inoffensive passe, aux yeux des dirigeants du Parti communiste chinois, pour un dangereux agent subversif. Dès février, lorsque des appels anonymes à une insurrection ont bourgeonné sur internet, le nom de « jasmin » a été bloqué par intermittence dans les messages textes des téléphones portables. Une vidéo du président Hu Jintao chantant une célèbre ode à la fleur, écrite sous la dynastie Qing, a été retirée de la Toile. Annulé également, le Festival culturel international du jasmin, prévu cet été.

Outre des démocrates, des blogueurs et des artistes emprisonnés, cette guerre horticole a fait d’autres victimes : les cultivateurs du district de Daxing, aux abords de la capitale. En mars, la police a interdit la vente de jasmin sur les marchés aux fleurs de Pékin ; depuis, son prix a été divisé par trois. De nombreux producteurs ont reçu la visite de la police. Certains ont dû s’engager par écrit à ne pas vendre cette fleur dissidente ; d’autres racontent avoir reçu l’ordre de signaler tout client potentiel, et de noter sa plaque d’immatriculation.

Selon les reporters du New York Times qui ont enquêté sur ce phénomène, la plupart de ces producteurs n’ont reçu aucune information sur les raisons de cette prohibition, et ce n’est pas internet, sur lequel les appels à la révolte ont été largement censurés, qui aurait pu les éclairer. Bref, cette affaire est entourée de tant de mystère que beaucoup sont persuadés que « jasmin » est un nom de code utilisé par la secte clandestine Falun Gong pour renverser le Parti communiste ! Au centre horticole de Jiuzhou, au sud de la capitale, le bruit court que la plante vient de la zone radioactive de Fukushima, au Japon…

Business

Mais comme souvent en Chine, le commerce a vite pris le dessus. Des branches de jasmin en fleur ont réapparu sur les marchés au début du mois de mai, à des prix si bas que les acheteurs n’y ont pas résisté. Reste que la plupart des fleuristes refusent de parler à des étrangers ou leur conseillent d’acheter plutôt des roses ! 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte