Dossier

Cet article est issu du dossier «À la poursuite du Gabon vert»

Voir tout le sommaire
Archives

Bois gabonais : prière de ne pas laisser traîner

| Par

Fin janvier, l’Etat a pris la décision de s’approprier au bout d’un délai de six mois « le bois coupé abandonné dans la nature ». Entendez par là tout tronc d’arbre abattu, ébranché, étêté, tronçonné ou scié, délaissé à la lisière des chantiers forestiers ou dans des parcs à bois. De quoi faire réfléchir certains exploitants indélicats dont la très mauvaise habitude est de laisser traîner des monceaux de grumes qui finissent par pourrir sous la pluie. Quand on y pense, le délai de six mois est, somme toute, généreux.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte