Politique

Maroc : le calendrier des réformes

Entouré de son fils et de son frère, Mohammed VI s'est adressé à la nation le 9 mars.

Entouré de son fils et de son frère, Mohammed VI s'est adressé à la nation le 9 mars. © Service Photo PR

Le référendum constitionnel marocain pourrait se tenir le 1er juillet et des élections législatives anticipées le 7 octobre.

Référendum constitutionnel le 1er juillet, précédé de quinze jours de campagne, et législatives anticipées le 7 octobre. Telle est la dernière mouture, non encore officielle et donc susceptible de légères modifications, du calendrier démocratique marocain. Un train de réformes sur lequel le mouvement de protestation dit du 20 février a de moins en moins de prise. D’abord, parce qu’il tend à s’étioler et à se diluer. Ensuite, parce que le pouvoir est désormais résolu à interdire et, le cas échéant, à réprimer toute manifestation au sein de laquelle les islamistes de Justice et Bienfaisance, l’association du Cheikh Yassine, seraient majoritaires. Ce qui, assure-t-on de source sécuritaire à Rabat, serait le cas dans 80 % des marches et sit-in qui ont eu lieu depuis un mois.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte