Politique

France – Tunisie : Delanoë et le buste de Bourguiba

À Paris, l’esplanade Habib-Bourguiba n’a toujours pas reçu le buste du père de l’indépendance tunisienne. Un retard d’abord dû aux pressions de la famille Ben Ali, qui s’expliquerait désormais par l’attente d’une simple décison administrative.

Mis à jour le 21 juin 2011 à 17:22

Le buste de Habib Bourguiba, une oeuvre du sculpteur turc Maculuoglu. © D.R.

Sept ans après son inauguration, l’esplanade Habib-Bourguiba, dans le 7e arrondissement de Paris, est toujours orpheline du buste du Combattant suprême prévu à cet endroit. Bertrand Delanoë, le maire de Paris, avait pourtant donné son accord de principe à l’Association du souvenir de Bourguiba (qui regroupe des personnalités comme Jean Daniel, Jean Lacouture, l’ancien ambassadeur Pierre Hunt ou l’ex-ministre tunisien Tahar Belkhodja) afin que soit érigée sur l’esplanade l’œuvre du sculpteur turc Macunluoglu. Mais les réticences très politiques du régime Ben Ali vis-à-vis de ce projet ont retardé sa mise en œuvre. Désormais, plus rien ne s’y oppose, si ce n’est une décision – apparemment informelle – de la commission des affaires culturelles de la mairie de Paris, selon laquelle un moratoire serait en vigueur concernant les statues, bustes et effigies de personnages dans la capitale. Pierre Hunt a écrit il y a un mois à Bertrand Delanoë pour obtenir des éclaircissements et renouveler la demande de l’association.