Politique

Côte d’Ivoire : et si Mamadou Koulibaly arrêtait tout ?

| Par
Mamadou Koulibaly, président de l'Assemblée nationale ivoirienne.

Mamadou Koulibaly, président de l'Assemblée nationale ivoirienne. © Kambou Sia/AFP

Les cadres du FPI n’ont pas apprécié les récents propos de leur patron par intérim, Mamadou Coulibaly, dans Jeune Afrique. Ils lui reprochent notamment de vouloir tirer la couverture à lui…

L’interview que Mamadou Koulibaly, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, nous a accordée (J.A. n° 2630, 5-11 juin 2011) suscite des polémiques. En Côte d’Ivoire, certains n’ont pas supporté que le patron par intérim du Front populaire ivoirien (FPI) dénonce certaines dérives du régime de Laurent Gbagbo (clientélisme, corruption, népotisme). D’autres le soupçonnent de vouloir créer son propre parti. « Je n’ai pas d’argent pour le faire, rétorque l’intéressé. J’ai simplement dit à Miaka Oureto, le secrétaire général, que, si les cadres du FPI souhaitent continuer comme avant, j’arrêterai la politique pour me consacrer à l’enseignement et à la recherche. Mais que, s’ils souhaitent faire évoluer le parti, je suis prêt à les aider. Il faut moderniser nos structures, changer de nom et repenser notre idéologie. »

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte