Archives

G20 agricole : quel « plan d’action » contre la volatilité des prix ?

Bruno Le Maire, ministre français de l'Agriculture.

Bruno Le Maire, ministre français de l'Agriculture. © SIPA

À Paris, le sommet du G20 agricole a adopté le 23 juin à l’unanimité un « plan d’action » contre la volatilité des prix qui servira de base au prochain G20 de novembre. Précisions sur les avancées des cinq points du « plan d’action ».

Pour la première fois, les ministres de l’Agriculture se sont parlés au G20 agricole et se sont entendus sur un « plan d’action sur la volatilité des prix alimentaires et sur l’agriculture », qui servira de base au sommet des chefs d’État et de gouvernement du G20 de novembre, à Cannes.

Voici les avancées réelles sur les cinq points du « plan d’action » :

  • 1. Amélioration de la production et de la productivité agricoles : une « initiative internationale de recherche pour l’amélioration du blé » devrait notamment aboutir au séquençage du génome de cette céréale vitale.
  • 2. Amélioration de l’information et de la transparence des marchés, afin de réduire les inquiétudes génératrices de volatilité des prix : un « système d’information sur les marchés agricoles » créera une base de données, dans le cadre de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), sur les productions, la consommation et les stocks de denrées alimentaires.
  • 3. Coordination politique internationale : un « Forum de réaction rapide » débattra des réponses à apporter à une pénurie, par exemple. Les interdictions d’exporter ne s’appliqueront plus aux organisations humanitaires.
  • 4. Amélioration de la gestion du risque agricole et de la sécurité alimentaire : une boîte à outils mettra à la disposition des pays en développement des instruments d’assurance, afin d’amortir le choc de la volatilité des prix alimentaires.
  • 5. Régulation des marchés agricoles : afin de « lutter contre les abus, nous proposons aux ministres des Finances de nos pays de créer des limites de position » d’achat ou de vente, a déclaré Bruno Le Maire.

C’est à bon droit que Bruno Le Maire, ministre français de l’Agriculture, a pu déclarer le 23 juin à l’issue du sommet, qu’il présidait à Paris : « Nous jetons les bases de la nouvelle agriculture mondiale, durable, solidaire et dont les marchés seront régulés. »

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte