Politique

Côte d’Ivoire : « IB » victime d’un crime de guerre ?

IB, un serial putschiste très encombrant.

IB, un serial putschiste très encombrant. © Rebecca Blackwell/Sipa

Le chef du « commando invisible » d’Abidjan, Ibrahim Coulibaly, a-t-il été victime d’un crime de guerre des Forces républicaines de Côte d’Ivoire ?

C’est la thèse du Collectif pour la justice sur l’assassinat d’IB en Côte d’Ivoire (CJA-IB), qui, le 15 juillet à La Haye, a porté plainte auprès du procureur de la Cour pénale internationale, Louis Moreno-Ocampo. Son argument : le 27 avril, jour de l’assaut lancé par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) contre la maison d’Abidjan où il s’était réfugié, le chef du « commando invisible » d’Abobo était désarmé et vêtu en civil, de même que ses six compagnons tués en même temps que lui. La veille, au terme de plusieurs jours de négociations avec l’Onuci, le groupe avait déposé les armes dans l’espoir d’un accord avec les FRCI.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte