Energie

Tchad : Idriss Déby inaugure un nouveau champ pétrolier

| Par Jeune Afrique
Le président tchadien Idriss Déby Itno.

Le président tchadien Idriss Déby Itno. © AFP

Le président tchadien Idriss Déby Itno a procédé à l’ouverture officielle d’un nouveau champ pétrolier, à Badila, dans la région du Logone oriental, dans le sud du Tchad.

« Je suis très satisfait. Dix ans après l’ouverture de la première vanne à Komé, nous en ouvrons une deuxième, ce qui veut dire que nous avons du pétrole qui va aller sur le marché international », a déclaré dimanche 9 juin le président tchadien Idriss Déby, qui inaugurait l’ouverture officielle d’un nouveau champ pétrolier, à Badila, dans la région du Logone oriental, au sud du Tchad.  « Ce pétrole va nous amener beaucoup de revenus, il va booster notre économie et nous aider à lutter contre la pauvreté », a-t-il ajouté, visiblement enthousiaste.

Lire aussi :

Le Tchad dix ans après les premiers barils de pétrole
Tchad : des performances en dents de scie
Tchad : la longue marche vers la transparence

En 2012 la société canadienne Griffiths Energy et la Société des hydrocarbures du Tchad (SHT) avaient signé une convention pour l’exploitation et le partage de production du champ de Badila. « Avec deux puits forés sur trois, il produira 14 000 barils par jour pendant 30 ans », a expliqué le secrétaire général du ministère du Pétrole, Oumar Torbo.  « La vanne de Badila fait jonction avec l’oléoduc de Komé pour conduire le brut jusqu’à Kribi au Cameroun » qui débouche dans le golfe de Guinée, a précisé ce dernier.

120 00 barils par jour

Le président Déby a toutefois rappelé que le « Tchad n’était pas un pays pétrolier » et que « le jour où il arrivera à pomper 500 000 barils par jour, alors il sera un pays pétrolier ». « En attendant, nous devons renforcer nos capacités dans le domaine de l’agriculture et l’élevage qui constituent les deux mamelles de notre économie. Il ne faut pas trop rêver », a poursuivi le président Déby.

De source officielle en 2011, le pays, qui exploite du pétrole depuis 2003, produit en moyenne 120 000 barils par jour. Les revenus pétroliers lui ont permis de moderniser son armée, de se doter d’un meilleur réseau routier et de construire de nombreux bâtiment publics. Mais certains membres de la société civile demandent au régime d’employer davantage cette manne pour l’amélioration des conditions de vie des Tchadiens.

(avec AFP) 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte