Dossier

Cet article est issu du dossier «Afrique : que vaut le bac ?»

Voir tout le sommaire
Société

Tunisie : bac mention révolution

| Par
Amir Ameur, 19 ans, Nabeul (Tunisie), moyenne : 19,66/20 en série S.

Amir Ameur, 19 ans, Nabeul (Tunisie), moyenne : 19,66/20 en série S. © ONS Abid pour JA

« Printemps arabe » oblige, la session 2011 du bac en Tunisie, aussi exceptionnelle que particulière, était très attendue.

Le déroulement du premier examen national, depuis le 14 janvier et la chute de Ben Ali, a été un indicateur de l’état de la société tunisienne. La tenue des épreuves, qui ont eu lieu dans de bonnes conditions, a lancé deux signaux forts : un retour à la normale et l’inaliénabilité des fondamentaux, dont celui de la méritocratie.

Atmosphère bon enfant mais politisée

« Avec près de trois mois de grèves et de perturbations, il fallait éviter à tout prix une année blanche et couvrir quand même le programme, on a mis les bouchées doubles », souligne Mahmoud Ayed, professeur d’histoire à Sousse. Cette année, les épreuves du bac se sont déroulées sous haute surveillance, avec les militaires aux portes des lycées pour dissuader les fauteurs de troubles aux côtés de parents distribuant boissons et encouragements. Une atmosphère bon enfant mais politisée quand même ; l’examen a servi de prétexte au parti islamiste Ennahdha pour faire du prosélytisme : cours de soutien gratuits, renforts pour la garde des établissements et citations du Coran pour porter chance…

Régions révolutionnaires lauréates

En ce qui concerne le nombre d’admis, le secteur public l’emporte sur le privé et les établissements pilotes raflent les mentions, mais ce sont les régions, actrices majeures de la révolution, qui enregistrent les meilleurs scores, avec une mention spéciale pour les lycées de Sfax.

« C’est toujours un diplôme, même s’il n’a pas de valeur », estime Sarah, bachelière ayant obtenu une mention bien, tandis qu’Amira Boukef, enseignante d’arabe, soutient que « le niveau du bac tunisien est excellent, mais c’est la formation dispensée à l’université qui laisse à désirer et qui est en inadéquation avec le monde du travail ». Ces quelque 80 000 nouveaux bacheliers viendront-ils grossir le contingent des 150 000 diplômés chômeurs ? Pour l’heure, la révolution n’est pas en mesure d’apporter une réponse à cette délicate question. 

_______

Frida Dahmani, à Tunis

J’ai été régulier dans mon travail, je savais que l’examen ne poserait pas de difficultés, mais de là à obtenir la meilleure note nationale… Avec la révolution, l’année a été perturbée. Les grèves nous ont fait perdre du temps, mais nous avons cravaché pour éviter l’année blanche. Je dois ma réussite à une régularité et une méthode de travail acquises depuis les petites classes. J’aime les mathématiques, car elles ouvrent de très vastes horizons. C’est aussi pour cela que j’apprécie les sports tactiques. Je me donne une année de réflexion en Allemagne avant de choisir entre la recherche en mécanique ou l’électrotechnique.

Amir Ameur, 19 ans, Nabeul (Tunisie). Moyenne : 19,66/20 (série mathématiques)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer