Dossier

Cet article est issu du dossier «Afrique : que vaut le bac ?»

Voir tout le sommaire
Société

Maroc : bachot à triple vitesse

| Par
Yassir Rougui, 17 ans, Casablanca (Maroc). Moyenne : 18,92/20 (série sciences mathématiques).

Yassir Rougui, 17 ans, Casablanca (Maroc). Moyenne : 18,92/20 (série sciences mathématiques). © Hassan Ouazzani pour JA

C’est une belle réussite : en 2011, sur 382 000 candidats marocains au bac, plus de 58 % ont décroché le précieux sésame.

Ce sont donc près de 200 000 jeunes Marocains qui alimenteront bientôt le marché de l’emploi ou les rangs de l’université. « Ce taux de réussite supérieur à 50 % est une première dans le royaume depuis la massification de l’enseignement secondaire », se félicite un enseignant de mathématiques à Casablanca.

École publique à la traîne

À rebours de cette poussée d’auto­satisfaction, de nombreux parents soutiennent que l’augmentation du nombre de bacheliers se fait au détriment de l’exigence scolaire et pointent du doigt l’inefficacité de l’école publique. « Il n’y a qu’à voir l’écart de réussite entre lycées privés et publics », explique Mme Tazi, une mère de famille. Pour elle, pas de doute, elle a eu raison d’inscrire son fils dans une « boîte à bac » qui affiche fièrement, à l’entrée de l’établissement, une large banderole proclamant 100 % de réussite.

"Boîte à bac" et bac français

Au niveau national, le privé enregistre un taux de réussite de 83 %. Mais il y a encore mieux. Le must au Maroc c’est de préparer un baccalauréat français (dans une moindre mesure les équivalents espagnol et américain). Chaque année, quelques centaines de privilégiés sortent ainsi diplômés des lycées Lyautey (Casablanca), Descartes (Rabat), Victor-Hugo (Marrakech), Paul-Valéry (Meknès) ou Regnault (Tanger). Leurs atouts : la maîtrise du français, un accès immédiat aux universités, grandes écoles et classes préparatoires en France.

_______

Youssef Aït-Akdim, à Casablanca

J’ai toujours beaucoup travaillé, mais seul. Mon père est inspecteur de l’Éducation nationale en mathématiques et ma mère professeur de français, je n’ai donc jamais eu besoin de cours particuliers. J’aime bien lire : cette année j’ai découvert les Méditations métaphysiques de Descartes. A la rentrée, j’intègre les classes préparatoires du lycée Al Khansa, à Casablanca, pour tenter les concours des grandes écoles d’ingénieurs au Maroc et en France. Travailler dans l’aéronautique, ça me plairait bien.

Yassir Rougui, 17 ans, Casablanca (Maroc), 18,92/20 au bac série sciences et mathématiques

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer