Dossier

Cet article est issu du dossier «Afrique : que vaut le bac ?»

Voir tout le sommaire
Société

Côte d’Ivoire : il faut sauver le bac !

| Par
En raison de la crise, les épreuves en Côte d’Ivoire n’auront lieu qu’en septembre 2011.

En raison de la crise, les épreuves en Côte d'Ivoire n'auront lieu qu'en septembre 2011. © AFP

L’année dernière, en Côte d’Ivoire, le taux de réussite a péniblement atteint 23,82 %. Mais cette année, l’inquiétude ne porte pas tant sur les résultats du bac que sur sa tenue.

Année scolaire chaotique, crise post-électorale, laborieuse remise en route d’un État en lambeaux… La ministre de l’Éducation nationale, Kandia Camara, après plusieurs tâtonnements, a rendu public le calendrier des épreuves début juillet seulement. Ainsi, en Côte d’Ivoire, les oraux auront lieu du 13 au 17 septembre, et les écrits, du 20 au 23 septembre. Les résultats provisoires sont attendus pour fin octobre. Après le traitement des réclamations en novembre, les résultats définitifs devraient être communiqués fin décembre 2011-début janvier 2012 !

Des conditions matérielles difficiles

Les épreuves elles-mêmes s’annoncent problématiques, car des établissements scolaires – surtout dans le centre-ouest du pays – ont été saccagés, des documents administratifs ont été détruits dans certaines directions régionales du ministère de l’Éducation et les livrets scolaires sont inexistants pour une bonne partie des 200 000 candidats. Dans ces conditions, les autorités envisagent une solution radicale pour sauver l’année : proclamer admis tous ceux qui obtiendront une moyenne de 9 sur 20. Ils iront ensuite grossir les rangs des cinq universités (Abobo-Adjamé, Cocody, Bouaké, Daloa, Korhogo) du pays, qui demeurent fermées jusqu’à nouvel ordre.

_______

André Silver Konan, à Abidjan

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer