Musique

France – Cameroun : les Nubians font leur révolution

| Écrit par Ekia Badou
Avec "Nü Revolution", Célia et Hélène Faussart offrent une ode à l'Afrique et à la liberté.

Avec "Nü Revolution", Célia et Hélène Faussart offrent une ode à l'Afrique et à la liberté. © Nubiatik

Après huit ans d’absence, les sœurs franco-camerounaises Hélène et Célia Fausssart, des Nubians, reviennent en force avec un album haut en couleur : « Nü Revolution ».

On ne les avait pas entendues depuis 2003 et on attendait avec impatience leur troisième album, en préparation depuis… 2008. Les Nubians sortent enfin Nü Revolution. Un opus de 14 titres gorgé d’influences R’n’B, hip-hop, soul et africaines. Une ode à la vie, à l’amour, à la liberté et à l’Afrique.

Leur premier album, Princesses nubiennes (1998), s’était écoulé à plus de 500 000 exemplaires aux États-Unis et les avait propulsées au rang d’icônes outre-Atlantique, après Charles Aznavour et Édith Piaf. Le deuxième, One Step Forward, en 2003, n’avait pas rencontré le même succès. Le public américain semblait préférer lorsque les Bordelaises fredonnaient dans la langue de Molière plutôt que dans celle de Shakespeare.

Depuis, le duo franco-camerounais a réalisé une tournée internationale et collaboré avec des artistes de renom (Benjamin Biolay, The Roots, Talib Kweli, Richard Bona…). Dans cet album, les deux princesses nubiennes offrent de magnifiques duos avec Eric Roberson, Freshly Ground, Blitz l’ambassadeur ou encore John Banzaï, leur frère artistique d’origine slave. Des chanteurs difficiles à oublier une fois découverts.

Coiffures afro sages ou déjantées

Nü Revolution est, disent-elles, plus « up tempo » avec des morceaux très rythmés, comme « Afrodance » dont le clip énergique nous entraîne dans un bal chevelu, où de magnifiques femmes portent fièrement des coiffures afro tantôt déjantées tantôt sages. Les sœurs métisses se souviennent des conseils de leur maman camerounaise : « Soyez naturelles et belles. » Une façon d’affirmer que les cheveux crépus peuvent êtres portés de toutes les manières et avec beauté. « Vos cheveux sont une déclaration de qui vous êtes et de comment vous vivez avec votre vraie nature », ajoute avec le sourire Célia, la benjamine.

Les Nubians ont du caractère et elles le prouvent avec « Femme polyandre », un morceau qui revient sur la polygamie. Pourquoi est-elle réservée aux seuls hommes ? se demandent-elles, un rien provocatrices. Engagées, elles concluent leur album avec un titre dédié à l’Afrique, « notre passé, présent et avenir ». Et invitent tout un chacun à œuvrer à la reconstruction du continent.

Enfin, les princesses nubiennes osent même revisiter (avec talent) après tant d’autres le célèbre « Soul Makossa » de Manu Dibango, avec la complicité du saxophoniste. Une vraie réussite rythmique. Ce nouvel album vous déshabillera de vos aigreurs et vous donnera le sourire dès la première écoute. Il a incontestablement plus de swing, d’humour et de fraîcheur que le précédent.

Les Nubians Afrodance • Directed by Andrew Dosunmu from MVMT on Vimeo.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte