Elections

Maroc : Du côté de la jeunesse…

| Par

Fer de lance du « printemps arabe », la jeunesse peine à se positionner dans la compétition électorale. Et ce d’autant plus que, ces derniers mois, les cartes ont été rebattues. De nouvelles figures ont émergé dans les médias avec lesquelles il faudra désormais compter. En outre, le conflit générationnel se double d’une crise de la représentation. Organisations de la jeunesse marginalisées, mainmise des fondateurs et de leurs héritiers sur les directions… La démocratie interne redevient la lutte prioritaire des jeunes militants.

De son côté, le Mouvement du 20 février maintient sa méfiance vis-à-vis des élites, même si certains de ses leaders sont courtisés par les partis. On murmure ainsi qu’Oussama El Khlifi, surnommé « le Che de Salé », sera candidat de l’USFP aux prochaines législatives. Une rumeur relancée par le projet de liste nationale pour les jeunes. Sur le modèle de la liste nationale des femmes lancée en 2002, l’État souhaite appliquer la discrimination positive pour les moins de 35 ans.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer