Politique

Algérie : le FLN aux abonnés absents

La réunion du comité central du Front de libération nationale (FLN) du 31 juillet dernier est loin d’avoir apaisé les tensions qui agitent le parti. Abdelaziz Belkhadem est accusé de jouer une carte un peu trop personnelle.

Par
Mis à jour le 24 août 2011 à 20:00

Des contestataires emmenés par des dinosaures de l’ancien parti unique algérien accusent en effet Abdelaziz Belkhadem, le secrétaire général, de privilégier ses propres intérêts politiques au détriment de ceux de la formation qu’il dirige. Il ne songerait qu’à obtenir l’investiture du FLN pour la présidentielle de 2014, et négligerait d’autres échéances : législatives en mai 2012 et municipales au mois d’octobre suivant. Du coup, le parti est largement absent des grands débats du moment : révision de la Constitution ou projet d’ouverture de l’audiovisuel.