Politique

Algérie : le FLN aux abonnés absents

| Par Jeune Afrique
Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du FLN.

Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du FLN. © AFP

La réunion du comité central du Front de libération nationale (FLN) du 31 juillet dernier est loin d’avoir apaisé les tensions qui agitent le parti. Abdelaziz Belkhadem est accusé de jouer une carte un peu trop personnelle.

Des contestataires emmenés par des dinosaures de l’ancien parti unique algérien accusent en effet Abdelaziz Belkhadem, le secrétaire général, de privilégier ses propres intérêts politiques au détriment de ceux de la formation qu’il dirige. Il ne songerait qu’à obtenir l’investiture du FLN pour la présidentielle de 2014, et négligerait d’autres échéances : législatives en mai 2012 et municipales au mois d’octobre suivant. Du coup, le parti est largement absent des grands débats du moment : révision de la Constitution ou projet d’ouverture de l’audiovisuel.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte