Politique

Cameroun : Mila Assouté, les raisons d’une défection

Alors qu’il avait annoncé sa candidature à l’élection présidentielle camerounaise en mai, l’opposant Pierre Mila Assouté y a renoncé, et restera en exil en France.

Mis à jour le 23 septembre 2011 à 11:10

Paul Biya, au pouvoir depuis 29 ans, se présente à la prochaine élection présidentielle. © AFP

L’opposant camerounais Pierre Mila Assouté avait annoncé, fin mai, à Paris, où il s’est exilé, son intention de déposer sa candidature à la présidentielle du 9 octobre. Il n’en a rien fait. Le président du Rassemblement démocratique pour la modernité du Cameroun (RDMC) a renoncé à rentrer au pays, redoutant les suites des actions en justice qu’il a intentées contre l’État du Cameroun dans l’affaire Camair.

Le 11 juin, un juge de Yaoundé a demandé l’application des arrêts du 26 avril 2007 et du 22 mai 2008 de la cour d’appel de Paris, qui le condamnent notamment à payer 50 000 euros en remboursements de frais, dommages et intérêts, etc.