Politique

Corée du Nord : miracle à Pyongyang

Des Nord-coréens saluant des plaisanciers chinois sur le fleuve frontalier de Yalu. © Jacky Chen/Reuters

Le long hiver communiste est-il en train de prendre fin en Corée du Nord ? En tout cas, les signes avant-coureurs du printemps se multiplient. Au moins dans la capitale.

Il est des symboles dont la Corée du Nord se passerait bien. Pas un article sur Pyongyang qui ne mentionne l’hôtel Ryugyong, cette pyramide de béton inachevée au cœur de la ville, symbole de l’extravagance du régime et de l’effondrement de l’économie. Mais tout devrait changer. Grâce au groupe égyptien Orascom, qui, depuis 2008, investit dans le réseau de téléphonie mobile nord-­coréen, le Ryugyong renaît de ses cendres, près de vingt ans après sa construction. Si tout se passe bien, l’établissement entièrement rénové devrait être prêt pour les célébrations du centième anniversaire de la naissance de Kim Il-sung, le « père de la patrie », en 2012. Avec ses marbres précieux et son verre gris, l’hôtel Ryugyong est censé, du haut de ses 330 m surmontés d’une antenne Orascom, illustrer à l’avenir les progrès économiques du pays. Et le développement de ses infrastructures de communication.

À Pyongyang, plus de 530 000 foyers possèdent désormais un ou plusieurs téléphones portables. En quelques années, la capitale nord-coréenne s’est métamorphosée. Les grands magasins sont plus animés, le choix des produits proposés est plus large. Dans les rues hier si sombres dès la nuit tombée, des lampadaires éclairent les passants promenant leur chien. De nombreux logements ont par ailleurs été construits. « Ils sont très fonctionnels et plutôt jolis », s’enthousiasme Suk-Myong, une commerçante jointe par téléphone en Chine, où elle se rend régulièrement pour acheter les derniers DVD de séries télévisées sud-coréennes. Bien que leur importation soit illégale, ces dernières font un tabac. Et le bruit court que Coca-Cola et Kentucky Fried Chicken pourraient s’implanter à Pyongyang dans les prochains mois !

En apparence, les rapports avec l’ennemi « capitaliste » sont toujours aussi peu cordiaux. Mais la réalité est plus nuancée. Fondée par un Américain et inaugurée il y a un an, la Pyongyang University of Science and Technology (Pust) est un succès. Associated Press, l’agence de presse américaine, va bientôt s’installer dans la capitale, suivie dans la foulée par Reuters, sa consœur britannique.

Pékin voit loin

Pas d’illusions, pourtant. Si la vie change à Pyongyang, dans les campagnes dévastées par les inondations, le quotidien demeure rude, en dépit d’une aide alimentaire de 10 millions d’euros octroyée par la Commission européenne. Mais les zones frontalières de la Chine connaissent une nouvelle prospérité. Les touristes chinois sont ainsi encouragés à venir dépenser leurs yuans à Sinuiju, de l’autre côté de la frontière. La KITC (agence de tourisme officielle) propose même depuis peu des croisières au départ de Rason, sur la côte est, à destination des monts Geumgang, interdits depuis cet été aux touristes sud-coréens. « Les Chinois ne s’intéressent ni aux paysages ni à la culture, tempère un de ses dirigeants. Il faudra multiplier les casinos pour les attirer. »

Si la Chine se montre si patiente avec sa turbulente alliée, qui la met souvent en porte-à-faux vis-à-vis de la communauté internationale, c’est avant tout afin de la conduire sur le chemin de la prospérité économique. Et d’en récolter les fruits. L’inauguration, en août, par des responsables nord-coréens et chinois de la zone économique spéciale des îles Hwanggumpyong et Uihwa, sur le fleuve Yalu, face à la ville chinoise de Dandong, illustre cette stratégie à long terme. Tout comme l’avancement des travaux dans une autre zone spéciale, celle de Changchun-Jilin-Tumen, côté Mandchourie chinoise cette fois, qui montre que la Chine voit plus loin encore en se préparant, sur son propre territoire, au développement économique de sa voisine coréenne. Que cette dernière soit nord-coréenne ou, dans un futur peut-être pas si lointain, réunifiée.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte