Dossier

Cet article est issu du dossier «Le Cameroun au banc d'essai»

Voir tout le sommaire
Archives

Cameroun : passage à niveau pour Camrail

Les espaces d'accueil de la gare de Yaoundé ont été entièrement rénovés. © Renaud Vandermeeren pour J.A

La modernisation de la société nationale des chemins de fer est en marche : nouveau matériel, réhabilitation du réseau... Un partenariat public-privé qui roule.

Mise en service de six nouveaux wagons sur la ligne Mbanga-Douala, acquisition de deux locomotives de 3 300 chevaux… Cameroon Railways (Camrail), dont le capital est réparti entre le groupe Bolloré (77,4 %), l’Etat camerounais (13,5 %), Total Cameroun (5,3 %) et le groupe Thanry (3,8 %), renouvelle ses équipements. La compagnie va bientôt faire l’acquisition d’une quarantaine de voitures de voyageurs à la suite d’un marché passé avec China South Locomotive and Rolling Stock Corporation Ltd.

Trois ans après la signature d’une convention entre l’Etat et le groupe Bolloré, concessionnaire d’exploitation du réseau depuis 1999, le programme de modernisation de Camrail, qui prévoit le renouvellement du matériel roulant, mais aussi la mise à niveau de certains tronçons de voies, commence donc à se concrétiser. Courant sur la période 2009-2020, ce plan de 230 milliards de F CFA (plus de 350 millions d’euros) est financé conjointement par le groupe Bolloré (158 milliards) et l’Etat (72 milliards), qui reste propriétaire des voies.

Concernant la rénovation du réseau ferré, le renouvellement de la voie entre Ka’a et Belabo, un tronçon de la ligne Yaoundé-Ngaoundéré – le fameux Transcamerounais -, est en cours. De quoi améliorer le trafic sur un axe très utilisé, tant pour le transport des voyageurs que pour celui des marchandises, en particulier le bétail de l’Adamoua, acheminé vers les grands centres de consommation du sud du Cameroun. Par ailleurs, 1 milliard de F CFA a été débloqué pour financer une étude sur la réhabilitation de la ligne ouest, qui, une fois renovée, ira jusqu’à Nkongsamba.

Soulagement

Les usagers, qui pâtissent de la lenteur et de l’irrégularité des dessertes, pourraient donc bientôt pousser un ouf de soulagement. Si le trafic et les conditions de voyage ne sont pas encore à la hauteur des attentes – seuls les axes Douala-Yaoundé, Yaoundé-Ngaoundéré et Douala-Mbanga-Kumba sont en service -, les prestations en gare se sont déjà améliorées. Du moins à Yaoundé. Salles d’attente de première et deuxième classes entièrement rénovées, salle VIP, bureau d’informations, écrans de télévision… La gare de voyageurs respire le neuf. Et compte désormais huit guichets : cinq pour la deuxième classe, deux pour la première et un pour les forces de maintien de l’ordre.

Parmi les innovations à venir, un meilleur système de réservation, l’étiquetage des bagages, la rénovation des outils signalétiques sur la voie ferrée et la sonorisation dans les trains.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte