Politique

Les pays du Sahel font la chasse aux trafiquants d’armes

| Par Jeune Afrique
Le Cemoc a lancé des mandats d’arrêts contre 24 trafiquants d’armes.

Le Cemoc a lancé des mandats d'arrêts contre 24 trafiquants d'armes. © AFP

Dans une opération conjointe, l’Algérie, le Niger, le Mali et le Maroc ont lancé des mandats d’arrêt contre 26 trafiquants d’armes.

Engagées dans une lutte contre la prolifération d’armes provenant du pillage des arsenaux libyens, les armées algérienne, malienne, mauritanienne et nigérienne, regroupées au sein du Comité d’état-major opérationnel conjoint (Cemoc), basé à Tamanrasset (Algérie), ont enregistré leur premier succès : 26 trafiquants ont été identifiés et sont désormais sous le coup de mandats de recherche dans les quatre pays. Selon l’Unité de fusion et de liaison (UFL, cellule de coordination entre les quatre services de renseignements), ces hommes sont organisés en trois bandes distinctes ayant chacune son « portefeuille clients ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte