Dossier

Cet article est issu du dossier «Printemps arabe : les médias font leur révolution»

Voir tout le sommaire
Société

Maroc : printemps maussade à 2M pour Samira Sitaïl

Samira Sitaïl, patronne de l'information de la chaîne marocaine 2M. © D.R.

La patronne de l’information de la chaîne de télévision 2M, Samira Sitaïl, est contestée. En cause : le traitement du Mouvement du 20 février.

« Prêtresse des ondes », « dame de fer », figure du « Makhzen médiatique » sont autant de surnoms dont on affuble Samira Sitaïl, directrice de l’information et directrice adjointe de la chaîne de télévision marocaine 2M. Considérée comme l’une des figures féminines les plus influentes du royaume, elle a un parcours atypique. Première particularité, Samira Sitaïl est née en France et a grandi en banlieue parisienne. Elle ne s’installe au Maroc qu’en 1987, à l’âge de 23 ans, après des études à l’École de réalisation audiovisuelle de Paris et des stages en télévision.

Présentatrice du journal francophone sur la chaîne publique TVM, elle rejoint, en 1990, le privé avec 2M. Et devient une vedette. En dix ans, elle anime L’Homme en question, une émission politique en direct, lance le magazine À bout portant et présente Pour tout vous dire, où elle interviewe des personnalités du royaume.

Mais malgré ses talents reconnus, elle est régulièrement l’objet de polémiques, tant sur ses qualités managériales que sur ses choix journalistiques. Jugée trop proche du pouvoir, on lui reproche une couverture médiatique biaisée, en ligne avec le discours officiel. Une critique qui a connu son apogée après les premières manifestations du Mouvement du 20 février. Les leaders contestataires accusent 2M d’avoir un traitement partial de leurs revendications et rassemblements. C’est oublier les émissions, en direct et ouvertes à tous, que sont Moubacharatan Maakoum (« En direct avec vous »), Grand Angle, Nouqat Ala Al Hourouf (« Les points sur les “i” »), ou bien Mais encore, mais la polémique prend de l’ampleur. Le 1er avril, des employés organisent un sit-in devant les locaux d’Aïn Sebaa, aux cris de « Samira dégage ! ».

Femme de tête, Samira Sitaïl dénonce une cabale et refuse de se laisser impressionner. « Les Marocains ont un rapport passionnel avec 2M, une chaîne dont ils attendent beaucoup, et les critiques sont parfois très injustes », juge un journaliste de la chaîne.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte