Politique
Les 50 qui font la Côte d’Ivoire

Cet article est issu du dossier

Les 50 qui font la Côte d’Ivoire

Voir tout le sommaire
Société

Côte d’Ivoire : la famille Ouattara

L’épouse, le frère et la nièce du chef de l’État ivoirien jouent chacun un rôle essentiel à ses côtés. De la vitrine à l’antichambre, visite guidée de la maison Ouattara.

Mis à jour le 23 novembre 2011 à 11:05

Dominique Ouattara avec le chef de l’État lors de son investiture, le 21 mai à Yamoussoukro. © Issouf Sanogo/AFP

Pour Alassane Dramane Ouattara (ADO), la confiance est essen­tielle dans le travail. Sa famille n’est donc pas loin. Il y a d’abord son épouse, la Française Dominique Ouattara, soutien incondi­tionnel, conseillère discrète et écoutée. Mariée à ADO depuis 1991, elle l’accompagne dans la plupart de ses voyages officiels à l’étranger. Sur le plan national, la première dame est très impliquée dans les questions de santé, de réconciliation et pour tout ce qui concerne la condition des femmes et des enfants, notamment à travers sa fondation Children for Africa. Elle promeut aussi la nouvelle scène artistique et s’investit dans les projets en faveur de la jeunesse. Si elle affirme s’être désengagée de ses activités économiques dans l’immo­bilier et dans les médias, cette redoutable entrepreneuse continue de recevoir les hommes d’affaires qui font antichambre au palais.

Pour les questions financières, ADO fait confiance à son frère Ibrahim Ouattara, nommé directeur administratif et financier de la présidence. Il tient également les rênes de la trésorerie du Rassemblement des républicains (RDR). Volontairement discret et effacé, celui que l’on surnomme « Photocopie » pour sa ressemblance avec le chef de l’État est aussi l’homme des missions sensibles.

Autre figure incontournable du cercle rapproché : Masséré Touré, la nièce d’ADO, s’est occupée de la com’ durant la campagne électorale. Celle que le président présente en plaisantant comme sa « Claude Chirac » assure avec Amadou Coulibaly, un habitué des cabinets ministériels, le rôle de conseillère en communication. Elle organise les interviews avec la presse, autorise ou verrouille l’accès au patron, diffuse l’information officielle, donne des conseils « amicaux » et règle les détails, essentiels ou non.