Dossier

Cet article est issu du dossier «Présidentielle et législatives 2011 en RDC»

Voir tout le sommaire
Politique

RDC : le bruit et la fureur

Par

Ancien journaliste à Jeune Afrique, spécialiste de la République démocratique du Congo, de l'Afrique centrale et de l'Histoire africaine, Tshitenge Lubabu écrit régulièrement des Post-scriptum depuis son pays natal.

Dans Macbeth, acte V, scène V, William Shakespeare écrivait que la vie est une fable racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien. Et il a inspiré un autre William, Faulkner celui-là, auteur du roman intitulé Le Bruit et la Fureur, paru en 1929 et dont le narrateur est un… idiot. Avec le talent qu’on lui connaît, l’Américain tisse une intrigue plus que compliquée. Le récit avance, s’arc-boute, recule, serpente, s’égare, repart dans un dédale de pièges à vous rendre fou. Il en va un peu de même avec le processus électoral en République démocratique du Congo. Nous sommes pourtant à deux semaines des élections présidentielle et législatives.

On a dit : élections libres et transparentes, élections apaisées. Promis, juré. Car le peuple congolais, faute de manioc, d’eau potable, d’emplois, a faim, a soif de démocratie. D’accord. On a dit : tous les candidats vont signer un code de bonne conduite afin que tout se passe comme dans le meilleur des mondes, dans la dignité et le respect mutuel. Sauf que ces bonimenteurs ont oublié l’essentiel : éduquer leurs partisans, s’éduquer eux-mêmes pour comprendre qu’une élection n’est pas une guerre civile mais une simple compétition entre vendeurs de vent. Ils ont oublié que la démocratie est d’abord tolérance, écoute de l’autre. Que le meilleur moyen de l’instaurer, de la préserver, de l’ancrer dans les esprits n’est pas le recrutement de loubards, de gros bras, d’armoires à glace pour faire sauter la cervelle de ceux qui ne partagent pas leur point de vue.

Laisser les forces de l’ordre réprimer de façon très peu républicaine ceux qui usent de leur droit à manifester ou empêcher toute marche de l’opposition pour des raisons partisanes n’a rien de démocratique, pas plus que se rassembler sans avoir obtenu l’aval des autorités compétentes, ou, plus grave encore, appeler ses partisans à se faire justice ou dénier à un Congolais le droit d’être candidat où il veut. Que veulent tous ces apprentis sorciers ? L’unanimisme ?

Le climat de violence instauré par des politicards de tout bord est un crime contre la majorité des Congolais, qui aspire à la paix. Multiplier les incidents, les affrontements, les morts, les enlèvements, les embastillements à la tête du client, c’est préparer le terrain pour des incidents futurs. Nul ne peut prévoir leur ampleur. La stratégie du passage en force ou de la contestation de mauvaise foi est une solution bancale.

Il est temps que tous les candidats se ressaisissent et respectent les règles du jeu. Qu’ils s’envoient tous les noms d’oiseaux à la figure, peu importe. Qu’ils vendent aux électeurs des promesses auxquelles ils ne croient pas eux-mêmes, c’est la loi du genre. Mais se transformer en incendiaire dans un pays meurtri pour accéder au pouvoir, ou le conserver, est irresponsable. Cette terre n’a plus besoin de bruit ni de fureur. Elle a besoin du choc des idées afin que jaillisse la lumière. Au bout du petit matin, aurait dit Aimé Césaire.

Lire les autres articles du dossier

«Présidentielle et législatives 2011 en RDC»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte