Politique

UEMOA : la révocation du commissaire Abdou Sakho, un acte légal ?

Mis à jour le 29 novembre 2011 à 15:30

Le Sénégalais El Hadj Abdou Sakho, commissaire de  l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEOMA), a été remplacé par Hadjibou Soumaré. Reste à savoir si cette révocation, signée par Faure Gnassingbé, le président togolais, est légale.

La révocation, le 21 octobre, du Sénégalais El Hadj Abdou Sakho, commissaire de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), et son remplacement par Hadjibou Soumaré, nommé président de la Commission le 16 novembre, sont-ils légaux ? Saisie le 15 novembre par le commissaire déchu, la Cour de justice de l’UEMOA devra trancher. La lettre de licenciement signée par le président de l’Union en exercice, le Togolais Faure Gnassingbé, est explicite : « Sur proposition du gouvernement du Sénégal, […] Cheikh Hadjibou Soumaré est nommé membre de la Commission, en remplacement d’El Hadj Abdou Sakho. » Or cette même Cour de justice avait, en 2006, estimé qu’« aucune disposition du traité [de l’Union] ne prévoit que la conférence des chefs d’État et de gouvernement détient le pouvoir de révoquer un commissaire ». En poste depuis 2002, Sakho devait achever son mandat en août 2015. S’il obtient gain de cause, la Commission se retrouvera de nouveau sans président.